• End of Registration
  • sep 27 2020
  • Classes Start
  • sep 14 2020
  • Classes End
  • oct 23 2020
  • Estimated Effort
  • 02:00 h/week
  • Language
  • French

À propos du cours

En 2050, la population urbaine de l’Afrique s'élèvera à 1,5 milliard. Cette croissance forte nécessite une transformation des villes pour répondre aux besoins de tous les citadins et assurer le développement des sociétés africaines. Au coeur de cette transformation, en Afrique peut-être plus qu’ailleurs, les mobilités jouent un rôle primordial, que ce soit pour rejoindre le marché, le lieu d’emploi ou rendre visite à des proches.

Ces mobilités sont aujourd’hui majoritairement réalisées à pied ou par des modes de transport artisanaux (en Afrique subsaharienne notamment). Pour répondre à l’augmentation des besoins, et construire des villes plus durables et inclusives, les grandes métropoles se dotent de systèmes de transport de masse, tels que le BRT, le tramway ou même le métro.

Or la mise en oeuvre de ces projets repose sur une compréhension, au préalable, des spécificités de la mobilité dans les villes africaines, sur la construction d’une vision à long terme et de modèles de gouvernance et de financement solides. Ce sont ces différents éléments qui seront présentés dans ce Clom (Cours en ligne ouvert et massif) qui s’adresse aux acteurs impliqués dans les projets de transports urbains sur le continent africain, et plus généralement à tous ceux qui sont curieux des transformations à l’oeuvre dans ces métropoles.

Ce Clom est le fruit d’une démarche partenariale entre deux institutions spécialistes des questions de transports urbain dans les villes du Sud, à savoir l’Agence Française de Développement (AFD) à travers son Campus (AFD - Cam), et la Coopération pour le Développement et l’Amélioration des Transports Urbains (CODATU), et deux Opérateurs de la Francophonie, l’Université Senghor dont la mission est de former des cadres aptes à relever les défis du développement durable en Afrique et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), premier réseau universitaire mondial. Des spécialistes de la mobilité et des transports urbains ont été mobilisés pour compléter l’équipe pédagogique du Clom et apporter une expertise exhaustive sur les sujets abordés. Les partenaires remercient en particulier les intervenants issus des institutions et entreprises suivantes : l’Agence Urbaine de Lyon, le CEREMA, le Facilitateur de Mobilités et Transitec.

Format

Le Clom se déroule sur 5 semaines comportant chacune quatre vidéos d’une douzaine de minutes. Une à deux heures de travail complémentaire sont nécessaires chaque semaine. Le déroulé pédagogique du Clom s’articule autour des thématiques suivantes :

  • les caractéristiques de la mobilité urbaine en Afrique,
  • offre et demande de mobilité,
  • gouvernance et planification des mobilités,
  • financement de la mobilité urbaine,
  • la maîtrise d’ouvrage des projets de transports.

Chaque semaine de cours est structurée par des vidéos thématiques faisant intervenir des experts, des témoignages vidéos présentant les retours d’expérience et les projets à l’oeuvre dans les métropoles africaines, la diffusion de ressources complémentaires mises à disposition par les intervenants et un quiz d’évaluation pour aider à retenir les notions clés et les grands principes énoncés par les experts. En outre, des interactions sont menées entre l’équipe pédagogique et les apprenants dans le cadre d’un forum. Un examen final sera organisé pour la validation du cours et l’obtention d’une attestation de suivi. Les apprenants qui le souhaitent pourront s’inscrire à un examen en ligne payant, leur donnant droit à un certificat délivré par l’Université Senghor.

Prérequis

Le Clom est conçu pour un grand public et cherche à concilier les intérêts d’un public varié tout en transmettant des connaissances opérationnelles utiles aux spécialistes. Aucun pré-requis de niveau n’est exigé.

Équipe pédagogique

Solène Baffi

Solène Baffi est docteure en Géographie de l’Université Paris 1, spécialiste des questions de transport et de mobilité dans les villes du Sud. Elle a soutenu sa thèse en 2016 sur le transport ferroviaire en Afrique du Sud, et poursuivi ses recherches sur l’évolution de la gouvernance urbaine et l’introduction des nouvelles technologies dans le secteur des transports urbains dans le cadre d’un post-doctorat à Stellenbosch University jusqu’en 2018. Depuis 2019, elle est cheffe de projets pour l’association CODATU, au sein de laquelle elle développe les activités scientifiques et de formation, et assure le suivi de projets d’assistance technique dans plusieurs villes africaines.

Dominique Breuil

Après un début de carrière au CNRS suivi d'une dizaine d'année dans des sociétés d'ingénierie logistique, Dominique Breuil est revenu dans le monde universitaire et a assuré la direction de la recherche de l'EIGSI (Ecole d'Ingénieurs de la Rochelle) de 2000 à 2016. Ses recherches et missions portaient sur le développement de l'électro mobilité au sens techniques et usages, la logistique (urbaine) et les énergies renouvelables. Expert en nouvelles (électro) mobilités passagers et marchandises, il a dirigé plusieurs projets au niveau national et européen. Actuellement, Dominique Breuil assure des missions de conseil pour diverses institutions européennes, collectivités territoriales ou opérateurs de transport sur ces différents domaines.

Bertrand Goalou

Bertrand Goalou est chef de projet senior et référent en mobilité urbaine à l’Agence Française de Développement depuis 2016. Il occupait auparavant des responsabilités similaires à la Banque Asiatique de Développement (BAsD) qu’il avait rejoint en 2010 après une période de 10 ans en bureau d’étude international spécialisé dans l’ingénierie de transports publics (Systra). Ingénieur-urbaniste de formation, il s’est immédiatement spécialisé dans le domaine de la mobilité urbaine durable. Il a travaillé sur tous les continents et a acquis une connaissance très fine des enjeux du secteur et du développement de projets dans les contextes français, africains et asiatique. Son expertise couvre l’ensemble des modes de déplacements (motorisés et non-motorisés) et l’aide à la décision auprès des autorités et décideurs des pays dans lesquels il intervient.

Jean-Jacques Helluin

Ingénieur des Travaux Publics de l’Etat et urbaniste, Jean-Jacques Helluin a débuté sa carrière comme volontaire à Mayotte, puis comme chercheur (laboratoire RIVES) et enseignant en urbanisme (Institut Français d’Urbanisme, ENTPE). Après une expérience au CERTU (aujourd’hui CEREMA), il rejoint en 2006 la Banque Mondiale à Washington DC comme spécialiste urbain. En 2009, il devient Directeur de l’Institut des Métiers de la Ville (IMV) à Antananarivo dans le cadre de la coopération décentralisée entre la Région Île-de-France et la capitale malgache et conseiller du Premier Ministre. Depuis 2017, il est Délégué Général de CODATU et supervise l'ensemble des activités de l'association pour promouvoir une mobilité urbaine soutenable dans les villes du Sud.

Christian Philip

Christian Philip est Secrétaire Général de l’association CODATU, dont il a également été Président de 2000 à 2010. Professeur honoraire de droit à l’Université Lyon 3, ancien Directeur de l’Enseignement Supérieur et ancien Recteur de l’Académie de Reims, de Clermont-Ferrand et de Montpellier, il a par ailleurs été Directeur de cabinet du Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et représentant personnel du Président de la République Nicolas Sarkozy pour la Francophonie. Au niveau local, il a exercé les fonctions politiques de premier adjoint au maire de Lyon, de député du Rhône de 2002 à 2007, de vice-président de la Communauté urbaine de Lyon et il a été Président du SYTRAL entre 1995 et 2001. Son expertise et son intérêt pour les questions relatives au transport urbain se manifestent également par sa présidence d’Avenir Transport de 2002 à 2008 et plusieurs propositions de loi sur les transports urbains.

Plan du cours

Le Clom est élaboré par des spécialistes des transports et de la mobilité en Afrique. Le déroulé pédagogique permet d’offrir des connaissances générales sur les questions de transport et de mobilité dans les villes africaines et les défis qui les caractérisent ; il présente également les notions et outils plus spécifiques aux acteurs responsables de la mise en oeuvre de projets de transport dans les villes africaines.

  • Semaine 0 : Module introductif.

  • Semaine 1 : Enjeux de la mobilité urbaine dans les villes africaines (Responsable pédagogique : Jean-Jacques Helluin).

    L’objectif de cette séquence est de comprendre les enjeux de mobilité spécifiques aux villes africaines. pour cela, il est nécessaire de revenir sur certaines notions générales utilisées dans le champ de la mobilité urbaine et de les recontextualiser dans les villes africaines. A partir de ces constats, différents leviers qui peuvent être mobilisés pour prendre en compte les externalités propres aux villes africaines sont présentés.

  • Semaine 2 : Offre et demande de mobilité urbaine (Responsable pédagogique : Dominique Breuil).

    Le but de cette semaine de cours est de présenter l’offre de transport existant dans les villes africaines, la demande à laquelle elle répond, les acteurs qui la sous-tendent et les logiques qui l’animent. A travers cette analyse, ce sont aussi les outils permettant de mieux cerner le rapport entre offre et demande qui sont présentés, ainsi que les évolutions les plus récentes en lien avec la diffusion des outils numériques.

  • Semaine 3 : Gouvernance et planification des mobilités (Responsable pédagogique : Solène Baffi).

    Durant cette semaine de cours, les modalités de la gouvernance des transports et des mobilités sont abordées à travers la question de l’échelle de gestion et de régulation, et la mise en place d’autorités organisatrices locales. Ce sont également les modalités et les outils de la planification des mobilités qui sont au coeur de cette semaine, et en particulier l’articulation entre planification des mobilités et aménagement urbain.

  • Semaine 4 : Le financement de la mobilité urbaine (Responsable pédagogique : Christian Philip).

    Dans le cadre de cette semaine de cours, les apprenants sont amenés à comprendre comment mettre en place des plans de financement pérennes des transports urbains. Pour cela il s’agit d’identifier les différentes activités qui nécessitent d’être financées au-delà des investissements initiaux, les mécanismes qui peuvent être instaurés et les actions à mener pour assurer la durabilité du budget dédié aux transports urbains.

  • Semaine 5 : La maîtrise d’ouvrage des projets de transport (Responsable pédagogique : Bertrand Goalou).

    La dernière semaine de cours présente des cas concrets de mise en oeuvre de projets de transports urbains. A travers ces différents cas, l’objectif est d’identifier les bonnes pratiques qui peuvent être mobilisées par les maîtres d’oeuvre et les écueils à éviter. Ces retours d’expérience ont pour vocation de faciliter la mise en oeuvre de projets de transport durables et inclusifs.

Évaluation

Des interactions sont menées entre l’équipe pédagogique et les apprenants dans le cadre d’un forum. Des quizz sont disponibles tout au long du MOOC pour vérifier vos connaissances et évaluer votre progression. Les quizz proposés comptent pour l'évaluation finale et ne permettent que trois tentatives. Il est possible de passer un certificat payant. Les apprenants qui le souhaitent pourront s’inscrire à un examen en ligne payant, leur donnant droit à un certificat. Ce certificat présente l’avantage d’attester de votre identité et d’une réalisation des exercices dans des conditions d’examen (absence de document, temps limité etc.). Il peut vous permettre d’obtenir 2 crédits ECTS. Pour obtenir la certification, il faut valider avec succès l’ensemble des quizz du MOOC et obtenir un score minimum de 70% à l’examen final de certification.

Partenaires

Agence Française de Développement

Le groupe Agence Française de Développement (AFD) est un établissement public qui finance, accompagne et accélère les transitions vers un monde plus juste et durable. Plateforme française d’aide publique au développement et d’investissement de développement durable, l’AFD construit avec ses partenaires des solutions partagées, avec et pour les populations du Sud. Les équipes de l’AFD sont engagées dans plus de 4 000 projets sur le terrain, dans les Outre-mer et dans 115 pays, pour les biens communs de l’humanité – le climat, la biodiversité, la paix, l’égalité femmes-hommes, l’éducation ou encore la santé. L’AFD contribue ainsi à l’engagement de la France et des Français en faveur des Objectifs de développement durable. Pour un monde en commun.

Campus AFD

Campus AFD est l’entité du groupe Agence Française de Développement dédiée à la formation de ses partenaires et au partage de savoirs et d'expériences. Depuis Marseille, et dans de nombreux pays, il propose une offre pédagogique originale au service des grandes transitions économiques, sociales et environnementales. Ses méthodologies innovantes, fondées sur le brassage des connaissances, l’animation de l’intelligence collective et des formats d’apprentissage actif, permettent aux acteurs du développement d’apprendre autrement et d’acquérir les compétences et postures nécessaires à la réussite d’initiatives, de projets et de politiques à forts impacts.

CODATU

CODATU (Coopération pour le Développement et l’Amélioration des Transport Urbains et Périurbains) est une association de droit français (loi 1901). CODATU est née de la conférence mondiale sur les transports urbains, organisée à Dakar en 1980. C’est une association à vocation internationale dont l’objectif est de promouvoir les politiques de mobilité urbaine soutenable à travers des actions de formation, d’animation et d’échanges scientifiques, techniques, économiques et sociaux concernant les systèmes de déplacements urbains et périurbains. Elle s’appuie sur les échanges d’expériences entre les pays en développement et les pays les plus anciennement industrialisés.

Agence universitaire de la Francophonie

L’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) regroupe 990 universités, grandes écoles, réseaux universitaires et centres de recherche scientifique utilisant la langue française dans 118 pays. Présente dans 40 pays l’AUF dispose d’un réseau de 59 représentations locales. Créée il y a près de 60 ans, elle est l’une des plus importantes associations d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche au monde. Elle est également l’opérateur pour l’enseignement supérieur et la recherche du Sommet de la Francophonie. À ce titre, elle met en œuvre, dans son champ de compétences, les résolutions adoptées par la Conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage. .

Université Senghor

Opérateur direct de la Francophonie, l’Université Senghor propose, à Alexandrie et sur ses 10 autres campus en Afrique et en Europe, des masters spécialisés, des formations courtes et des formations à distance répondant à des besoins de renforcement de compétences des cadres pour le développement de l’Afrique. Forte d’un réseau de plus de 150 professeurs et experts, venant de tout l’espace francophone ainsi que de ses collaborations avec de grandes institutions et organisations internationales, elle délivre des formations d’excellence, adaptées au contexte africain.

Conditions d'utilisation

Conditions d’utilisation du contenu du cours

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions

Conditions d’utilisation des contenus produits par les participants

Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions