3/3 La plateforme MOOC bâtiment durable : des perspectives florissantes !

Partenaire
Sept. 23, 2019
Suite aux articles précédents qui présentaient les coulisses de la plateforme et l’avis des apprenants, voyons à présent pourquoi de nombreuses perspectives sont encore amenées à se présenter pour la plateforme MOOC Bâtiment durable.

Raison n°1 : La montée en compétence des professionnels sur les enjeux de la transition énergétique et du bâtiment durable est appelée à se développer davantage encore
Aujourd’hui en France, le secteur du bâtiment représente 43 % des consommations énergétiques annuelles françaises et il génère 23 % des émissions de gaz à effet de serre (GES). Le secteur du bâtiment constitue donc un enjeu central de la transition énergétique. C’est pourquoi, de nombreux efforts règlementaires sont faits à destination de ce secteur : la loi Énergie-Climat adoptée le vendredi 28 juin 2019 à l’Assemblée nationale qui fixe comme objectif majeur la neutralité carbone d’ici 2050 passe notamment par « un parc immobilier dont l’ensemble des bâtiments sont rénovés en fonction des normes “bâtiment basse consommation” » (paragraphe 7 de la loi no 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte). Des dispositifs et des aides financières pour construire ou rénover de manière économe sont également mis en place.

L’ADEME, en tant qu’établissement public rattaché au Ministère de la Transition écologique et solidaire, est partie prenante des actions initiées par l’actualité réglementaire et doit assurer sa mission de formation. En ce sens, selon Florence Godefroy, chef de projet formation chez ADEME, « les MOOC s’intègrent et répondent aux enjeux réglementaires actuels du bâtiment durable ».

De plus, les programmes de certificats d’économie d’énergie auquel sont soumis les revendeurs d’énergie (Total, EDF…) intègrent le financement de programmes de formation sur l’efficacité énergétique. Deux MOOC ont d’ailleurs été créés grâce à ce dispositif de financement.

Par ailleurs, l’application de ces nouvelles réglementations ne peut se faire sans une montée en compétence des professionnels de la filière. Des ingénieurs aux artisans, tout le monde doit être formé et les MOOC sont là pour ça ! Le BTP emploie plus d’un million de personnes, avec 41 500 inscrits, la marge de progression reste importante.

Raison n°2 : L’incitation à la rénovation énergétique ne fait que commencer !
De nombreux chantiers sont encore à entamer et les enjeux de la rénovation énergétique, à bien des égards, concernent aussi bien les professionnels que le grand public. La plateforme MOOC bâtiment durable va ainsi participer en 2020 à la campagne nationale d’incitation pour la rénovation énergétique auprès des professionnels et des particuliers.

L’objectif principal de la plateforme en 2020 ? Développer sa notoriété pour sensibiliser un maximum d’acteurs ! Un travail au niveau du contenu éditorial sera également mené pour une plus grande lisibilité avec le rassemblement de MOOC sous une même thématique : la rénovation énergétique, le BIM, les matériaux bio-sourcés…

Raison n°3 : De nombreuses solutions restent à diffuser et à inventer !
La phase de transition énergétique prend en ce moment un nouvel essor et il reste encore de nombreuses solutions et connaissances à diffuser. L’ADEME joue en ce sens son rôle de diffusion et de formation. Le MOOC « Bien construire en zone tropicale humide » correspondait à l’identification d’un problème spécifique : la construction durable en milieu tropical qui concerne les territoires d’outre-mer français, pour lequel il n’y avait pas de réponse.

Par ailleurs, la recherche en matière de rénovation énergétique et de durabilité du bâtiment promet encore de nombreuses découvertes et innovations qu’il faudra diffuser pour que professionnels et particuliers s’en emparent.