Les inscriptions sont closes
  • Fin d'inscription
  • Inscription close
  • Début du Cours
  • 11 jan 2015
  • Fin du cours
  • 22 fév 2015
  • Effort estimé
  • 02:00 h/semaine
  • Langue
  • Français

A propos de ce cours

Ce cours est co-produit par l'Université de Genève (Unige) et l'université numérique francophone des sciences du sport et de la santé (UNF3S).

Logos Unige et UNF3S

Il est proposé en partenariat avec :

  • L'Agence Universitaire de la Francophonie (AUF)
  • Le Conseil supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégique (CSFRS)
  • L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS)
  • Médecins Sans Frontières (MSF)
  • Swiss Tropical and Public Health Institute (Swiss TPH)
  • Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FISCR)
  • Centre Virchow Villermé de santé publique Paris-Berlin
  • Radio Télévision Suisse (RTS)
  • Office fédéral de la santé publique (OFSP)
  • Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG)
  • Institut Pasteur
  • Campus Biotech
  • Infection Control African Network (ICAN)
  • The Graduate Institute Geneva
  • Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal

Il s’agit d’un MOOC sur la crise internationale sur Ebola partie d’Afrique de l’Ouest en 2014 ; d’une durée de 5 semaines, où interviendront plus de 30 professeurs des universités, chercheurs, responsables politiques, autorités sanitaires nationales et internationales, membres d’ONGs, et autres acteurs d’Europe et d’Afrique sur plus de 60 séquences vidéos. Les thèmes abordés se dérouleront selon une séquence hebdomadaire décrite ci-dessous (section « plan du cours »).

Le virus Ebola qui a été à l’origine de l’épidémie en Afrique de l’Ouest est une souche Zaïre, considérée comme la plus dangereuse. Cependant le spectre des tableaux cliniques rencontrés s’est montré très large : depuis des formes assez bénignes (pour environ 30% des infections), jusqu’à des formes très sévères, presque hors de toute ressources thérapeutiques et fréquemment mortelles en une dizaine de jours en moyenne (environ 30%), en passant par des formes d’une gravité dépendant de l’infrastructure sanitaire responsable de leur prise en charge (c’est-à-dire généralement de bon pronostic en cas de bonne prise en charge diagnostique et thérapeutique). Près de 60% des contaminations en Afrique avaient comme origine les rites funéraires non sécurisés. Les personnels de santé exposés ont également payé un très lourd tribut à l’épidémie. Enfin les conséquences non sanitaires, d’ordre social, politique et économique de l’épidémie ont été considérables, tant localement, que régionalement ou internationalement. Peu de pays ont connu à ce jour d’importants développements de chaînes de contaminations, en dehors de la Guinée, du Libéria et du Sierra Leone, mais la situation au Mali à la fin novembre 2014 était encore source d’incertitude et d’inquiétude. Les modèles mathématiques, s’ils ont été d’un apport précieux dans l’éclairage des politiques publiques, ils ont aussi participé à une amplification exagérée du problème, notamment lorsqu’ils ont livré des prévisions allant au-delà de plusieurs mois, parfois endossées par de grandes agences sanitaires, car elles risquent de se révéler fausses et décrédibilisantes.

Nous tenterons de mieux savoir quels espoirs on peut avoir de disposer d’un vaccin prochainement, et nous essaierons de comprendre pourquoi il aura fallu attendre 38 ans, depuis la découverte du virus Ebola, pour que la communauté internationale se décide à chercher et développer un vaccin contre ce type de virus que l’on savait hautement pathogène et contagieux. La réponse internationale a-t-elle été à la hauteur des enjeux ? L’OMS a-t-elle pu mettre en œuvre le Règlement Sanitaire International dans des conditions satisfaisantes ? Quelle a été la place des ONG dans le règlement du problème ? Toutes ces questions feront l’objet, au cours de ce MOOC, de débats et de points de vue interdisciplinaires, parfois contradictoires. De même, l’importance de la communication, le rôle des médias, la perception du risque par la population et par les décideurs eux-mêmes seront analysés. Une large plage sera réservée aux réponses aux questions des participants adressées aux orateurs par Twitter et/ou par le forum de discussion, afin de réfléchir comment vaincre ensemble Ebola.

Public cible

Ce MOOC est ouvert et gratuit pour tous les publics. Le public cible est principalement le milieu des soignants francophones et les acteurs (publics et privés) des politiques publiques.

Plan du cours

Semaine 1: Comprendre la maladie

  • les aspects cliniques
  • les aspects virologiques
  • les aspects immunologiques
  • les traitements symptomatiques actuels
  • l’épidémiologie de la maladie

Semaine 2 : Ebola comme symptômes d’un désordre social et politique

  • les causes sociales économiques et politiques du problème
  • la faiblesse du système
  • les aspects culturels
  • la pauvreté

Semaine 3 : Les impacts sur nos vies et nos sociétés

  • les impacts sanitaires et économiques sur la société et les institutions
  • présentation de modèles mathématiques et prévisions

Semaine 4 : Les réponses pour l’Afrique et le monde

  • les interventions
  • la prise en charge des malades
  • les principaux obstacles rencontrés
  • la réponse internationale
  • la perception du risque
  • les développements de médicaments et vaccins
  • le volet éthique
  • la réponse de l'OMS
  • la place de la recherche et des médias

Semaine 5 : Enfin sera organisé un colloque en direct, entièrement virtuel, sur la plateforme du MOOC, réservé aux participants inscrits sur FUN, avec la participation d’un panel d’orateurs du MOOC. Cette session de deux heures permettra de réaliser une mise à jour des informations sur la situation épidémique, et sera l’occasion d’une intégration des connaissances dispensées tout au long de ce cours.

Vous trouverez le programme détaillé ici

Evaluation

L’évaluation (obligatoire si vous demandez «une attestation de suivi avec succès» du MOOC) sera réalisée sous forme d’un examen consistant à répondre aux deux épreuves suivantes:

1. Une série de 20 quizz (questions à choix multiples ou QCM) corrigés automatiquement par la plateforme.

2. Un essai rédigé en français et déposé sur la plateforme FUN. Votre essai sera évalué par au moins 3 pairs (c’est-à-dire d’autres participants tirés au hasard ayant eux-mêmes rendu leur essai) et vous devrez évaluer au moins 4 autres essais de vos collègues. Votre note obtenue est la moyenne des notes attribuées par les pairs (qui disposent d’instructions écrites et d’une grille de notation). Vous recevrez des instructions détaillées au début de l'épreuve.

Pour obtenir l’attestation, vous devez obtenir une note supérieure à 50% de la note maximale. Notez que l’évaluation par les pairs compte pour 30% et le quiz pour 70% de cette note.

La délivrance d’une attestation conjointe UNIGE – UNF3S sera délivrée automatiquement par FUN.

Cette modalité d’évaluation n’alloue pas de crédits ECTS.

L'équipe pédagogique

Course Staff Image #1

Prof. Antoine Flahault

director du MOOC Ebola : vaincre ensemble !

Antoine Flahault est docteur en médecine, ancien interne des hôpitaux de Paris, et docteur (PhD) en biomathématiques. Depuis janvier 2014, il est nommé professeur ordinaire à la Faculté de Médecine de l’Université de Genève où il dirige l’Institut de Santé Globale au Campus Biotech. Nommé professeur de santé publique en 2002 à Paris, il a fondé l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique qu’il a dirigée, à Rennes, de 2007 à 2012, a été nommé co-directeur du Centre Virchow-Villermé de Santé Publique Paris-Berlin (Université Descartes, Sorbonne Paris Cité), co-directeur de l’Alliance Académique Européenne pour la Santé Globale (EAGHA), président de l’Agence Européenne d’Accréditation des Formations en Santé Publique (APHEA). Il a mené des recherches en modélisation mathématique des épidémies ; a dirigé le centre collaborateur de l’OMS pour la surveillance électronique des maladies ; a coordonné les recherches sur le Chikungunya dans l’Océan Indien (Prix Inserm 2006) ; a été commissaire scientifique de l’exposition Epidemik à la Cité des Sciences et de l’Industrie (Paris, Rio et Sao Paulo). Il a été élu membre correspondant de l'Académie Nationale de Médecine (Paris). Il avait (octobre 2014) 240 publications scientifiques référencées sur Medline.

Course Staff Image #2

Dr. Rafael Ruiz de Castañeda

co-director du MOOC Ebola : vaincre ensemble !

Rafael Ruiz-de-Castaneda a une formation académique et de recherche interdisciplinaire et internationale en biologie et écologie. Il a obtenu un doctorat avec «Summa Cum Laude» en écologie de la maladie en 2012 et a eu l'occasion de collaborer avec de grands experts internationaux dans l'étude écologique et évolutive des interactions entre l'animal et les parasites à l'état sauvage. Il est l'auteur et co-auteur de plus de 20 publications scientifiques sur l'écologie animale, en grande partie sur les implications de bactéries et de parasites sur la santé des populations aviaires migratrices. Plus largement, Rafael Ruiz-de-Castaneda a toujours été intéressé par l'approche écologique à la santé et sur les liens existent entre la santé animale et humaine.
Rafael Ruiz de Castaneda travaille depuis 2012 à la Faculté de Médecine de l'Université de Genève avec le Prof A Geissbuhler et plus récemment avec le Prof A Flahault dans le domaine de l'informatique médicale et la santé globale. Il est particulièrement intéressé à l'utilisation des approches éducatives novatrices tels que le e-learning, en particulier dans des contextes avec des ressources limitées en Afrique. Il fait partie de l'équipe de coordination du réseau RAFT (http://raft.g2hp.net/) et le MOOC portant sur Ebola est déjà sa deuxième expérience en termes de développement de cours en-ligne massif (premier MOOC sur la santé mondiale).

Community managers


Community manager Image #1

Cyril Pervilhac

Cyril Pervilhac, DrPH, MPH (santé international, épidémiologie, SMI) est à présent consultant en santé publique internationale. Son background est le suivant:



  • Consultant en Santé Publique Internationale (10 ans, années 80-90 et à présent): offre des services techniques sur une base individuelle ou pour diriger des équipes en santé publique pour/ avec des clients variés (i.e. Gouvernements, organisations multi-bi-latérales, privé, e.g. Fondations, Banques, ONGs, conseils et secteur académique, affaires e.g. recherche) avec plus de 40 activités dans plus de 20 pays dans le monde.
  • Conseiller Technique Global en Maladies Infectieuses (2000-12): avec l’OMS et ONUSIDA, Genève, concentration sur le VIH/SIDA, y compris TB et Paludisme, et les jeunes, conseil technique et politique global et pays pour mesurer la performance de résultats et impact, avec le suivi et la surveillance et l’évaluation et contribuer à la mise à échelle de réponses locales et globales de la prévention et du traitement au VIH/SIDA.
  • Manager de Programme de Santé Publique Internationale (pendant 10 ans, 1982-88, 1993-95) vivant et travaillant en Afrique: a encadré des équipes en RP Congo, RI Mauritanie, Burundi et Tanzanie dans de larges programmes de santé publique en maladies infectieuses et programmes de maladies chroniques, projets, recherche.

Il a coordonné de nombreux cours d’épidémiologie, statistiques et de management sur la santé au niveau des districts, enseigné dans les Universités. Intérêts présents : santé communautaire, déterminants sociaux de la santé et équité, santé reproductive et néonatale, évaluations de programmes, partenariats publique-privé, santé globale avec les plateformes d’enseignement virtuelles et développement de curricula (ISG/ Université de Genève) et réponse à l’Ebola.

Community manager Image #2

François Kohler

François Kohler est docteur en médecine (MD) et docteur en informatique (PHD). Il est depuis le 1er novembre 2014, en retraite de ses fonctions de professeur des universités – praticien hospitalier en santé publique sous-section biostatistique, informatique médicale et technologies de communication à la faculté de médecine de Nancy. Il a créé le laboratoire Santé Publique, Information médicale et Enseignement Assisté par ordinateur en 1988, centre collaborateur OMS avec la création en 1990 de CALOMA (computer assisted learning about oral manifestations of AIDS) et l’a dirigé jusqu’à sa retraite. En 2005, il a créé Canal U/sciences de la santé et sport, vidéothèque de l’enseignement supérieur et de la recherche en santé. En 2013, il a été à l’origine du MOOC COURLIS, seul MOOC français permettant la certification par un diplôme d’université. Il est également pilote professionnel IFR et a collaboré depuis 1990 avec l’Afrique francophone tant dans le cadre universitaire (faculté de médecine d’Abidjan, de Djibouti, de Parakou et Cotonou, de Dakar, de Bamako, de Kankan) que dans les ONG aviation sans frontière et les enfants de l’Aïr pour des actions sur le terrain. Ses dernières missions ont eu lieu à l’hôpital régional de Kankan et préfectoral de Siguiri en Guinée en mars et juin 2014. Il est membre du conseil d’administration de l’université numérique des sciences de la santé et du sport ainsi que du conseil d’administration de l’agence technique de l’information hospitalière. Il a mené ses recherches dans le domaine de l’information médicale en santé publique et des NTIC dans l’enseignement en santé avec plus de 150 publications.

Community manager Image #3

Sidi Coulibaly

Sidi Coulibaly est Docteur en Médecine (MD) et spécialisé dans le domaine de la santé publique. Depuis juillet 2006, il est modérateur au compte de ProMED -FRA (Program for monitoring Emerging Disease version Francophone). De 2009 à 2011, Il a travaillé au ministère de la Santé du Burkina Faso à la Direction Générale de l’Information et des statistiques Sanitaires (DGISS) en tant Directeur des statistiques de la maladie en charge de la surveillance épidémiologiques et de la publication trimestrielle et annuelle des rapports sur les maladies. Il a également donné des cours sur le Système d’Information Sanitaires et Surveillance Epidémiologique au profit des médecins dans le cadre de leur formation en gestion de districts de 2009 à 2011. Il encadre les étudiants en fin de cycle pour la soutenance de leur mémoire en Epidémiologie à l’Ecole national de santé publique de Ouagadougou.
Il a successivement occupé les fonctions de médecin chef de centre médical en milieu rural du Burkina Faso, puis Médecin chef de district sanitaire, et enfin Directeur Régional de la santé dans le système de santé du Burkina Faso.

Conditions d'utilisation

Licence CC BY SA : l’utilisateur doit mentionner le nom de l’auteur, il peut exploiter l’œuvre sauf dans un contexte commercial, il peut modifier l’œuvre originale et la rediffuser sous licence identique.